4th Open Chess Tour de Juvisy : où je ne suis plus gentille du tout, et finis par obtenir laborieusement mon 3ème point.

Publié le par Chouia

Ce lundi-là, dernier jour du tournoi, en apprenant que j'allais devoir affronter Guy Pérolle 1686, joueur de Ris, je me suis illico rappelée le malheureux et polémique épisode de la pendule http://chouia-au-pays-des-echecs.over-blog.fr/article-6-et-7-janvier-2012-drole-de-week-end-ou-galettes-et-pendules-se-disputent-la-vedette-96600602.html, lorsque nos équipes respectives s'étaient rencontrées à la 3ème ronde du Championnat de l'Essonne, 3 mois auparavant.

 

Te dire que j'en avais gardé un excellent souvenir serait excessif...Guy est un joueur coriace, opiniâtre, et qui joue jusqu'au bout. Il est de plus connu pour ne pas (du tout) aimer perdre.

De cela, j'avais déjà discuté à la buvette avec Patrick, joueur de Ris, qui l'avait battu récemment.

 

C'est même en en parlant avec lui que j'ai soudain compris un truc (pourtant évident !) qui ne m'était pas venu à l'esprit auparavant : en passant en revue les attitudes de l'ensemble de mes adversaires précédents, j'ai réalisé que tous étaient coriaces, opiniâtres, que tous avaient joué jusqu'au bout (parfois en cherchant à me pousser à la faute), et qu'aucun n'aimait perdre...

 

Et là, j'ai pris la décision...d'en faire autant : tant pis pour le beau jeu, le fair-play, l'élégance, la beauté du geste. Visiblement, ce n'était pas le lieu.

 

Quoi qu'il arrive, Guy aurait en face de lui une joueuse coriace, opiniâtre, qui jouerai jusqu'au bout (parfois en cherchant à le pousser à la faute).

 

Plus gentille du tout.

 

Ma partie a été rapidement perdante, mais je m'en suis tenue à ma ligne. Ca a même été un bon exercice : chercher sans pression les meilleurs coups, ceux qui lui poseront le plus de question, ceux qui le déstabiliseront.

Ne pas abandonner.

Et je dois te dire que je me suis bien amusée : Guy a commencé à fatiguer. A chaque nouveau coup que je jouais, il soupirait d'un air agacé et éloquent, un silencieux "mais pourquoi n'abandonne-t-elle pas ?"...

 

Sa feuille de partie était couverte de ratures et de blancs, il lui manquait au moins trois lignes dans sa notation (et j'ai appris plus tard que j'aurais pu demander le gain à l'arbitre sous ce prétexte, dont acte, ça peut servir...contre un joueur vraiment désagréable, pourquoi pas ?).

 

Au 58ème coup, il me joue Dc5 en annonçant le mat , me tends une main que, prise de court, je commence à serrer...

ce mat en un...je ne l'avais pas vu !

et là, en jetant un dernier coup d'oeil sur l'échiquier, juste avant d'arrêter la pendule et de signer les feuilles, je m'aperçoit...qu'il s'agit d'un mat fantôme !

Il n'y a pas mat : Rxe6 récupère même sa tour !

Je le dis, Guy est héberlué, mais ne lâche pas ma main pour autant "tu veux continuer à jouer ?" "oui" "tu veux vraiment continuer ?" "oui" .....énorme soupir, yeux aux ciel...il lâche ma main en disant "remarque, la pendule tourne toujours...", et son air dépité déclenche chez moi un malencontreux fou-rire (Gilles me dira qu'il avait été entendu dans la salle, j'espère n'a voir pas trop dérangé les autres joueurs...)...

"tu ne peux pas m'obliger à abandonner"..."oui, je sais, je sais, je sais, je sais bien (soupirs)....j'ai besoin d'un café". Il se lève, me regarde, se met à sourire aussi, se rassoit, se relève, se rassoit...

Et moi, je m'amuse beaucoup.

En fait, je me suis rarement autant amusée pendant une partie officielle.

Je sais, c'est pas gentil de torturer son adversaire, mais bon, c'est aussi très rigolo, surtout face à un dur-à-cuire comme Guy.

Mais c'est pas tout ça, il me reste encore à tenter de provoquer le pat....au 62ème coup, justement, mon roi est en position de pat. J'offre donc mon pion c à son fou. Guy va hésiter...il me dira plus tard qu'il avait peur de mes deux pions liés...mais Dh6 mate.

 

[Event "4th Open Chess Tour"]
[Site "Juvisy"]
[Date "2012.04.09"]
[Round "6"]
[White "PEROLLE Guy 1686"]
[Black "CHAZOT Christine 1530"]
[Result "1-0"]

1. d4 d5 2. f4 Bf5 3. Nf3 Nf6 4. e3 h6 5. Bd3 Bxd3 6. Qxd3 c6 7. O-O e6 8.
f5 Be7 9. fxe6 fxe6 10. Qg6+ Kd7 11. Ne5+ Kc7 12. Nf7 Qe8 13. Nxh8 Qxh8 14.
Qf7 Kd6 15. e4 Kd7 16. exd5 Nxd5 17. Re1 Nc7 18. Bf4 Nba6 19. Be5 Qh7 20.
Na3 Rf8 21. Qxg7 Qf5 22. Rf1 Qg5 23. Rxf8 Qxg7 24. Bxg7 Bxf8 25. Bxf8 h5
26. c3 Ke8 27. Bd6 Nd5 28. Re1 Kd7 29. Be5 Ne7 30. b4 Nd5 31. Nb1 b5 32.
Rf1 Ke7 33. Rf3 h4 34. Rh3 Kf7 35. Rxh4 Ne3 36. Rh7+ Kg6 37. Rxa7 Nxb4 38.
cxb4 Nc4 39. Bf4 Kf5 40. g3 Ke4 41. Rd7 Kd3 42. Re7 Kc2 43. Rxe6 Kxb1 44.
Re2 Na3 45. h4 Nc2 46. Be5 Nxb4 47. h5 Nd5 48. h6 Ne7 49. g4 Ng6 50. Bd6
Nh4 51. Kf2 Ng6 52. h7 Kc1 53. Re6 Nh4 54. h8=Q Kd2 55. Qxh4 Kd3 56. Qg3+
Kxd4 57. Qe3+ Kd5 58. Qc5+ Kxe6 59. Qe5+ Kf7 60. g5 Kg6 61. Qe6+ Kh5 62.
Kg3 c5 63. Qh6#
{White mates} 1-0

 

C'est avec un Guy souriant et détendu que j'analyserai ensuite cette partie pleine de rebondissements.

 

A midi, je jouerai plusieurs parties de loisir avec Nahid, une joueuse très agréable du Canal St Martin, et nous aurons même la surprise de voir le sympathique G.M.I Namig Guliyev (vainqueur de cet Open avec 6,5/7) nous conseiller sur l'une de nos finales.

 

Plusieurs parties également avec Emilie, toujours souriante et agréable.

 

A la 7ème ronde, me voilà appariée contre la redoutable poussine Jargalan Ider 1020, petite soeur du célèbre Borya, maître FIDE, et coachée par son père. Lauréate du prix de la performance pour avoir battu Alain (1513), joueur de mon club, et dont j'avais kibbitzé la partie, cette mignonne et très calme petite fille risque bien de me donner du fil à retordre....et je vois déjà s'éloigner mon 3ème point....

 

En effet, ce n'est pas gagné, Jagarlan prend d'emblée l'avantage : elle retarde son roque pour jouer fort adroitement ses fous qui s'introduisent dans mon camp. Heureusement pour moi, au 17ème coup, elle préfère roquer plutôt que de croquer mon pion d avec sa dame. La partie se rééquilibre, et je reprends la main au 20ème coup. A partir de là, elle jouera en défense. Une imprécision au 25ème coup lui fera perdre un temps qui me permettra un échange de tour favorable à la déviation de sa dame...mais au 28ème coup, elle m'offre avec f6 l'occasion de gagner sa dame.

Comme tous mes autres jeunes adversaires, elle ne lâchera pas pour autant, il faudra aller jusqu'au mat.

 

[Event "4th Open Chess Tour"]
[Site "Juvisy"]
[Date "2012.04.09"]
[Round "7"]
[White "CHAZOT Christine 1530"]
[Black "IDER Jagarlan 1020"]
[Result "1-0"]

1. d4 e6 2. Nf3 d5 3. Bf4 c5 4. e3 Nc6 5. Bb5 Nf6 6. O-O Qb6 7. Bxc6+ bxc6
8. b3 cxd4 9. exd4 c5 10. c3 cxd4 11. cxd4 Bb4 12. Nbd2 Ba6 13. Re1 Ne4 14.
a3 Bc3 15. Rc1 Bxd2 16. Nxd2 Nxd2 17. Bxd2 O-O 18. Be3 Rac8 19. b4 Qb8 20.
Qg4 Rfd8 21. Bh6 g6 22. Bf4 Qb7 23. Be5 Rxc1 24. Rxc1 Rc8 25. Rc5 h6 26. h4
h5 27. Qf4 Kh7 28. Rxc8 f6 29. Rc7+ Qxc7 30. Bxc7 e5 31. dxe5 fxe5 32. Bxe5
Kg8 33. Qf6 Kh7 34. Qg7#
{White mates} 1-0

 

Je lui propose d'analyser. Son père est d'accord. Une analyse très instructive, au cours de laquelle je vois concrètement ce que j'avais senti pendant l'ensemble de cette partie : je ne dois mon gain qu'aux imprécisions de Jagarlan (peut-être dues à la fatigue ?). Ma partie était perdante. Dans un an, elle aura encore progressé, et ces erreurs, elle ne les commettra plus.

J'ai eu la chance et le plaisir de jouer contre une future très grande joueuse.

Chapeau bas !

 

3/7, mon objectif est atteint, mais par contre, j'ai perdu des tas de points.

 

De belles rencontres, pas d'incident notoire, des parties instructives...

 

Ah oui, et puis les cloches sont passées : chaque joueur a eu son oeuf en chocolat (et les enfants, plusieurs !).

 

Un tournoi difficile, mais que je recommande, et dont j'attendrai la prochaine édition avec impatience !

 

090420121295.jpg

  090420121300.jpg

 

DSC06230-copie-1.JPG DSCN1096.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 090420121303-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit reportage en images sur cette dernière journée : le lecteur sagace reconnaïtra le sympathique G.M.I. Arnaud Hauchard, venu en visiteur, quelques V.I.P. savourant le pot de l'amitié offert par les organisateurs, le podium des primés, la très kibbitzée finale de la dernière partie d'André Steimlé, membre émérite et arbitre de notre club, la photo de groupe des membres de notre club, auxquels se sont joint Nahid et G.M.I. Namig Guliyev. 

Publié dans mes tournois

Commenter cet article

delpech 16/04/2012 21:29


petite précision sur la notation des coups. Si tu constates que ton adversaire ne note pas, tu appelles l'arbitre qui l'oblige à noter sur son propre temps. S'il recommence, l'arbitre te
rajoutera 2' à la pendule et lui donnera un avertissement. A la 3ème fois, il peut éventuellement te donner le gain.


J'ai connu cette situation à mes débuts en 1hko: j'avais perdu en me réveillant trop tard et finalement le résultat a été nul sur proposition de l'arbitre. J'ai suivi un stage d'arbitre peu après
;-)


 

Chouia 17/04/2012 07:38



Merci pour cette précision, Olivier.


Noter les coups peut effectivement être un stress supplémentaire lors des phases de jeu tendues. J'ai souvent remarqué des oublis et des décalages chez mes adbersaires. Il n'est pas rare que
j'oublie un coup (rarement plus), ce qui décale le reste de ma notation. Désormais, je saurai quoi faire.