Présidence de la FFE : le changement, c'est maintenant !!!!

Publié le par Chouia

De retour (récent) dans le monde des vivants, je reprends peu à peu pied dans notre petit monde des échecs, cher lecteur : quelques parties sur QueenAlice, et ce matin, une visite au toujours aussi peu attrayant et ergonomique site de notre Fédération (car bon, je sais bien que le "vintage" a la cote, mais à ce point, ça confine au snobisme....), m'ont permis d'apprécier ce que la toile (tant décriée par ailleurs, et parfois avec raison, je te l'accorde...) peut apporter à ceux qui, quelle qu'en soit la raison, ne peuvent pas ou plus se déplacer.

 

Le retour au club, les parties "en live", et la compétition, ce sera (peut-être) pour plus tard.

 

Pas de licence, donc, cette année, mais tout de même, un sentiment d'appartenance à ce milieu, toujours, et suffisamment fort pour me déterminer à "placer mon grain de sel" quand j'estime que l'actualité échiquéenne l'exige.

 

Tu connais certainement ça, lecteur : tout tourne si vite qu'il suffit de t'absenter quelques semaines, et PAF ! tu te sens vaguement (voire, totalement...) largué à ton retour.

 

Donc, en juillet, j'avais laissé une FFE présidée par un certain Henri Carvallo certes assez transparent, et apparemment nettement plus préoccupé par ses chers jardins et ses vieilles pierres que par l'avenir de notre Fédération (comme on le comprend : jonchées de fleurs contre panier de crabes, le choix est vite fait....)....

...et vice-présidée :

- d'une part, par une Joanna Pomian-Saatdjian que le lecteur avisé ne connaît guère que pour son rôle mal-défini dans une obscure affaire de SMS dans une non moins obscure (bien que très médiatisée, en son temps) affaire de tricherie présumée...

- d'autre part, par le très peu modeste Léo Battesti, dont l'une des ambitions récentes était d'officialiser enfin par une élection un rôle de Président dont tout le monde (dans le milieu) sait qu'il l'assume sans vergogne aucune depuis de trop longues années...Pour preuve (s'il en fallait une), sa toute récente participation à l'AG de la FIDE  http://www.echecs.asso.fr/Actu.aspx?Ref=6351 , avec le compte-rendu qui va bien, où l'on apprend comment il a à lui seul sauvé le monde (des échecs) en tenant courageusement tête à un président Ilyumzhinov pourtant rompu à l'usage de la langue de bois comme à l'affrontement  (sur l'échiquier ou pas) avec les "grands de ce monde" (fussent-ils dictateurs, mais cela est une autre histoire....).

 

Curieux, moi, j'aurais plutôt vu le Président (je veux dire : l'officiel, M. Carvallo...) siéger à l'A.G. de la FIDE...

 

...et j'aimerais bien qu'on m'explique quel évènement urgent (germination d'une plante rare ? ravalement urgent de la face Nord du chateau de Villandry ? maladie diplomatique ?) a retenu notre Président si loin d'un évènement de cette importance ?

 

Mais passons....candidature donc de M. Battesti, et bien entendu (croyais-je), sans challenger.

 

A ce propos, d'ailleurs, Jean-Claude Moingt (ex-Président, mais redevenu depuis "licencié de base") n'avait pas ménagé sa peine en fustigeant d'avance, dans une missive de soutien, tout candidat qui aurait l'outrecuidance de se présenter face au "candidat naturel".

 

Ca sentait bien un peu sa république bananière, tout ça, mais qu'importe, au fond, puisque, depuis des années, ça marche ?

 

Ca avait l'air plié.

 

Oui, mais non.

 

Voilà-t-y pas que, surgissant de nulle part (je dit ça parce que ça fait plus lyrique, mais il vient de Châlons-en- Champagne, en fait....) alors qu'on ne l'attendait pas (en tout cas ni Battesti, ni Moingt...), et comblant du même coup les rêves les plus fous de ceux qui croient encore à la démocratie, au débats d'idées, et....à l'avenir des échecs en France, un candidat se présente : http://www.europe-echecs.com/actualites/communique-de-diego-salazar-4508.html

 

Bon, alors bien sûr, pas un mot sur le site de la fédé....mais qui s'en étonnera ?

 

Cette candidature à elle seule suffirait à me réjouir, mais ce qu'il y a de bien, c'est qu'en plus, ce Diégo Salazar a un programme fort sympathique : "au service des clubs", "échanges inter-générationnels" (avec une ouverture vers les maisons d'arrêt et les hôpitaux), plus de concertation et de transparence budgétaire, un grand tournoi annuel de niveau mondial, etc...

 

Le tout bien présenté, bien argumenté, clair.

 

Alors bon, je ne suis pas présidente de club, même pas joueuse cette saison, mais, cher lecteur, tu auras deviné vers qui va ma préférence et mon soutien.

 

Il est évident que Diégo Salazar s'attaque à (très) forte partie, mais il incarne le changement, l'espoir, une certaine idée des échecs.

 

Lis sa profession de foi, lecteur, compares-la à celle de Battesti : y a pas photo.

 

Monsieur Salazar a tout mon soutien.

 

Le trait est à présent aux présidents de club : sauront-ils jouer le coup gagnant ?

 

Rendez-vous en mars 2013 !

 

En attendant "hold on to your dream" !

 

 

 

Publié dans la FFE

Commenter cet article